La loi Macron sur la mobilité bancaire fait doucement réagir

Depuis le 6 février 2017 la loi Macron sur les services de mobilité bancaire est active. Elle permet à tous les clients des banques de changer d’établissement très facilement en confiant les tâches administratives à votre nouvel établissement. C’est ce dernier qui s’occupera de toutes les démarches pour communiquer votre nouveau RIB à toutes les personnes avec qui votre compte a des échanges (crédits et débits). Plusieurs mois après son lancement, on constate déjà pas mal de changements. 

Loi Macron

Les banques en ligne comptent bien profiter de la loi Macron

Véritable aubaine pour les banques en ligne, la loi Macron monte d’un cran la concurrence entre les acteurs du marché. En permettant au client de se décharger de toutes les tâches administratives pour changer de banque, le contrat de mobilité bancaire va permettre aux banques en ligne de gagner d’importantes parts de marché sur les banques traditionnelles. Les établissements comme Hello Bank, Monabanq ou ING Direct, pour n’en citer que trois, ont tous redoublé d’efforts sur leurs offres promotionnelles pour attirer le maximum de clients.

Afin de contrer les offensives de certaines banques en ligne, des établissements bancaires physiques n’hésitent d’ailleurs pas à concevoir des argumentaires pour contre-attaquer. C’est le cas de la banque LCL qui a monté un dossier pour contrer les offensives de Boursorama Banque. La crainte de la première étant bien entendu de se faire « voler » ses clients par la seconde. Il faut dire qu’avec les nombreux bonus de bienvenue proposés par les banques en ligne, les clients peuvent facilement être tentés d’abandonner leur établissement actuel qui ne les satisfait plus. On peut prendre comme exemple les 80 euros de bonus à l’ouverture d’un compte courant chez ING Direct, BforBank ou Fortuneo voire même les 120 euros chez Monabanq.

La loi Macron porte doucement ses fruits

Malgré tout, les effets ne sont pas aussi forts que ce que certaines personnes attendaient. En effet, les changements de banque ont légèrement augmenté, mais pas de manière aussi marqué que prévu. On s’attendait en effet à voir une très nette augmentation, surtout avec les nombreuses publicités qu’on peut voir à la télévision, que ce soit pour Fortuneo ou Monabanq, pour n’en citer que deux.

La PDG de boursorama Banque a déclaré que son établissement aurait reçu, en un peu moins de 3 semaines, 16.000 mandats entrants et moins de 200 sortants. Concrètement, cela veut dire que 16.000 personnes ont demandé à quitter leur banque pour rejoindre Boursorama Banque. Pendant ce même temps, 200 personnes ont demandé à quitter Boursorama Banque pour une autre banque. Au final, pour la banque en ligne de la Société Générale, ce n’est pas beaucoup plus important que ses chiffres moyens sur l’année passée.

Un intérêt très marqué de la part des clients

Ce qu’on constate en revanche, c’est un intérêt très marqué de la part des consommateurs sur le changement de banque. Les clients se posent des questions et découvrent doucement mais sûrement ce nouveau service qui est mis à leur disposition. Il semble bien logique que leur banque traditionnelle, dont les tarifs sont très nettement supérieurs à ceux qu’on retrouve dans les banques en ligne, n’ait pas fait beaucoup de publicité concernant la possibilité de changer, sans frais et sans grande difficulté, d’établissement bancaire. Autre point qui explique la « relative lenteur » des effets de la loi Macron est le délai. En effet, les démarches de changement de domiciliation doivent être réalisée sous 22 jours ouvrés maximum. En d’autre terme, certaines démarches entreprises n’ont pas encore abouti à l’heure actuelle.

Le directeur France de Fortuneo, Gregory Guermonprez remarque notamment que « Fortuneo reçoit aujourd’hui 20 fois plus de mandats « entrants » que « sortants ». Les mandants proviennent principalement des banques traditionnelles. Nous constatons une hausse de 20% des ouvertures de comptes en 2017 par rapport à 2016 ». Pour la filiale en ligne du Crédit Mutuel Arkéa, la tendance est très clairement haussière et n’a fait que s’accélérer depuis la mise en application de la loi Macron.

A l’heure actuel, un frein demeure encore présent et ralentit les effets souhaités de la mobilité bancaire. Il s’agit de la non prise en compte des produits d’épargne et des emprunts. En effet, le contrat de mobilité bancaire ne prend, pour l’instant, qu’en compte le compte courant. Le transfert des produits d’épargne n’est pas à l’ordre du jour. En revanche, concernant les prêts immobiliers, de nombreuses banques en ligne peuvent vous le racheter, à un taux certainement plus intéressant que celui qui vous est actuellement proposé. On peut notamment citer ING Direct ou Fortuneo. N’hésitez pas à visiter les sites internet de ces deux banques en ligne qui font partie des meilleures du marché. Pour toute question, contactez leur service client qui se fera un plaisir de vous répondre dans les plus brefs délais.

Visiter ING Direct

La loi Macron sur la mobilité bancaire fait doucement réagir
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire